mercredi 18 mai , 2022
Google search engine
Home Blog

Enseignement Supérieur : l’Université Lorougnon Guédé offre des formations à distance

L’Université Jean Lorougnon Guédé de Daloa offre désormais des formations à distance pour cette année universitaire 2022-2022. Ces formations à distance (FOAD) sont de niveaux Licence et Master. Pour les nouveaux bacheliers, l’admission se fait à travers le dispositif du MESRS. Pour la formation à distance, l’appel à candidature a débuté depuis le 08 mars et prend fin le 26 juin 2022. Les résultats de l’appel seront connu le 29 juillet 2022 pour ensuite débuter les inscriptions du 01 août au 10 septembre 2022. Les débuts des cours est prévu le
19 septembre 2022.

Licence 1 et 2 (Tronc commun)
Géosciences et Environnement (GE)

Licence 3
Génie de l’Eau et de l’Environnement (GEE)
Sciences de la Terre (ST)
Biodiversité et Gestion Durable des Ecosystèmes (BGDE) (Licence Professionnelle)
Qualité-Hygiène-Sécurité-Environnement (QHSE) (Licence Professionnelle)

Master 1 et 2
Génie de l’Eau et de l’Environnement (GEE)
Géologie Appliquée Option Environnement Minier (EM)
Biodiversité et Gestion Durable des Ecosystèmes (BGDE) (Master Professionnel)
Qualité-Hygiène-Sécurité-Environnement (QHSE) (Master Professionnel)

Cibles
Avec ces formations à distance, les professionnels peuvent reprendre les études supérieures et se former à leur rythme sans quitter leur poste de travail et leur cadre de vie.

Conditions de candidature
Les conditions de candidature et les formulaires de candidature sont disponibles sur les sites suivants :
L3 QHSE : https://foad-mooc.auf.org/Conditions-de-candidature-2497.html
Les autres parcours : http://ufrenvironnement.ujlog.ci/wordpress/candidater/

Décès du PAN Amadou Soumahoro/ BAKAYOKO-LY Ramata salue la mémoire d’une grande figure politique

J’ai appris avec une réelle émotion le décès de Monsieur Amadou SOUMAHORO, Président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire.

Monsieur Amadou SOUMAHORO, personnalité politique respectée pour son attachement aux valeurs républicaines, et sa grande loyauté à SEM Alassane OUATTARA, a été une grande figure de la scène politique de la Côte d’Ivoire. Avec sa disparition, notre pays perd un homme de conviction, un patriote engagé pour son pays.

En cette douloureuse circonstance, je voudrais adresser au Chef de l’État, à l’Assemblée nationale, à la veuve, aux enfants ainsi qu’à toute sa famille biologique et à tout le Worodougou, mes sincères condoléances. Je prie le Seigneur Tout-Puissant d’accorder à notre cher défunt sa miséricordieuse clémence.

Numérique / Conférence annuelle du WACREN : Bakayoko-Ly Ramata : « L’Afrique doit être un champion du libre-accès à l’information scientifique »

La 7e édition de la conférence annuelle du Réseau d’éducation et de recherche de l’Afrique de l’ouest et du centre –WACREN-  sur le thème « La Science ouverte en Afrique – Relier les points » s’est tenue le jeudi 28 avril à l’amphi A de l’université Félix Houphouët-Boigny à Cocody.

Cette importante rencontre scientifique, axée principalement sur le numérique, a réuni, en présentiel et en ligne, un parterre de personnalités et d’experts du monde universitaire au nombre desquels les représentants d’une vingtaine de pays partenaires du WACREN, le ministère ivoirien de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique et ses institutions universitaires et de recherche (notamment l’université virtuelle de Côte d’Ivoire), et la Délégation permanente de la Côte d’Ivoire auprès de l’UNESCO.

La conférence inaugurale de l’événement,  prononcée par SEMme Bakayoko-Ly Ramata, a été l’occasion pour la conférencière, d’expliquer la recommandation de l’organisation onusienne sur la Science ouverte en vue d’une large prise en compte de ce concept par les Etats-membres. La Science ouverte a été définie par l’oratrice principale comme un concept, un mouvement visant à accroître, à l’ère du numérique,  la diffusion du savoir au profit du citoyen lambda à travers le  libre accès aux publications, données et résultats scientifiques, ainsi qu’à des logiciels, ressources pédagogiques et technologies libres.

Pour le Prof. Bakayoko-Ly, par ailleurs Déléguée permanente de la Côte dIvoire auprès de l’Unesco, notre monde est aujourd’hui  un village planétaire et la recommandation de l’Unesco faite lors de la 41e conférence générale de l’organisation, offre un cadre consensuel aux communautés de chercheurs,  organismes de financement de la recherche et  organismes de recherche pour faire aboutir des projets fondés sur des principes d’ouverture, de transparence. En témoigne, a dit la conférencière, la mobilisation internationale contre la pandémie de la Covid-19. « Cette pandémie nous a bien fait comprendre la nécessité, voire l’urgence, de favoriser un accès équitable à l’information scientifique, de faciliter le partage des connaissances, des données de recherche et de renforcer la collaboration scientifique pour répondre aux impératifs mondiaux et accroître la résilience des sociétés », a-t-elle souligné. Puis, elle a ajouté qu’il importe « d’encourager la confiance dans la science en mettant celle-ci à la portée de tous et via des canaux crédibles ».

Pour Mme l’ambassadeur, l’Afrique a clairement montré son engagement – le modèle ivoirien en est un exemple – à ne pas rester en marge de la révolution technologique. « On comprendra donc que relier les points c’est parvenir à assembler tout le réseautage des pays de l’Afrique de l’Ouest et du Centre et les mettre en relation avec les autres réseaux régionaux ( UbutuNet Alliance, ASREN) et internationaux (Giant et Internet 2) avec comme objectif de construire des communautés de pratique et de renforcer les services locaux et nationaux pour soutenir la Science ouverte et la recherche en Afrique ».

Enfin, par-delà les infrastructures et les spécialistes du numérique, il s’agit maintenant d’ouvrir plus grand la porte du savoir afin que tous les corps de métiers se sentent partie prenante et intégrante dans la diffusion de la science et de ce point de vue « le WACREN est un puissant outil au service de la Science ouverte en Afrique » a dit l’oratrice principale, avant de conclure que «  La Science ouverte a été l’objet d’une recommandation de l’Unesco et il revient maintenant aux pays africains d’œuvrer afin d’être des champions dans la démocratisation et la diffusion du savoir. Et des rencontres comme la conférence du WACREN sont des espaces d’échanges de qualité sur des problématiques scientifiques de l’heure ».

Célébration de la 29e Journée mondiale de la liberté de la presse / l’Intersyndicale du secteur des médias en CI «  la quasi-totalités des entreprises de presse proche de la faillite »

VERS LA DISPARITION TOTALE DES ENTREPRISES DE PRESSE EN COTE DIVOIRE

Célébration de la 29eme Journée mondiale de la liberté de la presse

Tout individu a droit à l’Information
ET POURTANT :

– Un an après, le plaidoyer des Organisations Professionnelles des Médias (OPM) pour la prise de mesures permettant d’assurer plus de viabilité économique des entreprises du secteur des médias, confrontées dans leur majorité à des difficultés financières, n’a point évolué.

– Notamment, la réinstauration de la subvention de l’impression suspendue depuis quatre ans, par le Fonds de Soutien et de Développement de la Presse (FSDP), dans un cadre d’application et de suivi-évaluation bien défini entre les éditeurs, les représentants des travailleurs et les organes de régulation

– La quasi-totalité des entreprises de presse est au bord de la faillite

– Les médias de service public ne s’en portent pas mieux

– La plupart des quotidiens paraissent désormais deux ou trois fois par semaine ; des patrons de presse ont tout simplement rangé le journal papier pour ne paraître qu’en version numérique

– Les tirages ont drastiquement baissé; les éditeurs sont confrontés à la hausse des coûts des intrants dans la production des journaux

– Les salaires ne sont plus payés dans plusieurs entreprises de presse

– La convention collective a été jetée aux oubliettes ou à peine à être appliquée dans les entreprises de presse

– Les travailleurs sont confrontés à des licenciements collectifs (les cas d’ agents des journaux Fraternité Matin, Le Jour Plus, Le Nouveau Réveil et Le Temps où il y a déjà eu mort d’homme pour défaut d’argent pour se soigner )

– Des entreprises doivent de nombreux mois d’arriérées de salaires à leurs employés, etc.

PROPOSITION CONCRETE :

Les Organisations Professionnelles des Médias appellent toujours de leurs vœux, l’octroi d’une subvention d’au moins 0,01% du budget de l’Etat à tout le secteur. Ce soutien permettra la viabilité des entreprises de presse et leur meilleur fonctionnement.

Sam Wakouboué
Porte-Parole de l’Intersyndicale du Secteur des Médias en CI – ISMCI

Incident lors de Asec Mimosas – Lys de Sassandra : Mariam Dao Gabala accusée

 

A l’occasion des matchs de la 18ème journée du championnat de football de ligue 1, le Stade Champroux de Marcory était plein à craquer. De mémoire d’observateur averti du championnat de football ivoirien, le stade n’avait jamais accueilli autant de spectateurs. Et pour cause, la présence des néo supporters du club de Sassandra. Seul club de ligue 1 ayant accordé sa voix à Didier Drogba, candidat malheureux à la dernière élection du président de la Fédération ivoirienne de football (Fif).

Le hic au cours des deux rencontres ayant opposées les équipes de l’USC Bassam à l’ES Bafing et l’Asec Mimosas au LYS Sassandra FC, c’est le nombre de tickets vendus déclarés par les services de billetterie encore contrôlés par le Comité de normalisation de Mariam Dao Gabala.
De sources dignes de fois au sein de la ligue de football professionnel, voici ci-dessous les chiffres officiels des ventes de tickets.

Ticket 2000 Frs : 100 billets vendus = 200.000 Frs
Ticket 1000 Frs : 800 billets vendus = 800.000 Frs
Ticket 500 Frs : 600 billets vendus = 300.000 Frs

Le total des billets vendus 1500 entrées payantes recettes 1.300.000 Frs.
Chacun des clubs (USC Bassam, ES Bafing, Asec Mimosas et LYS Sassandra FC) ont reçu 167.000 Frs comme quote-part.

Joint pour confirmer la véracité de ces chiffres, M. Dié Fonéyé, président de la ligue s’est muré dans le silence préférant laissé le soin à Mariam Dao Gabala de se justifier.
Selon les chiffres officiels communiqués, la capacité du stade Robert Champroux est pourtant entre 2300 à 3000 places. Pour ceux qui ont suivi le devant leur petit écran, les deux tribunes étaient totalement occupées. Tout comme l’espace devant la tribune officielle. La ferveur était grande au point où il y avait plus de monde à l’extérieur du stade qu’à l’intérieur.

C’est clair, il y a eu fraude sur les tickets. Certains spectateurs , gazés par la Police, détenant des tickets ont contraints de rebrousser chemin faute de places à l’intérieur du stade.
A qui profite le crime ? Certainement au Conor de Dao Gabala qui tient encore les leviers de la Fif, avant la passation des charges ce mercredi 04 mai 2022.

Ce nouveau scandale parmi tant d’autres démontrent à souhait qu’il est grand temps que le football ivoirien sorte de l’amateurisme dans lequel le Conor l’avait plongé. D’ailleurs l’ancien coach Patrice Beaumelle a fustigé dans une interview, l’attitude des responsables du Conor. Si le pire a été évité, dimanche au stade Champroux, c’est le lieu de s’interroger sur la gestion cavalière du comité de normalisation.

Le nouveau président élu de la Fif, Yacine Idriss Diallo qui prend fonction a un gros chantier de restructuration à faire au sein de la maison de verre.

Patrick N’Guessan

Cno-Civ : Des présidents de Fédération pour le maintien de l’Ag élective du samedi 30 avril

L’Assemblée générale élective du Comité national olympique-Côte d’Ivoire (Cno-civ) est prévue pour ce samedi 30 avril 2022.

A quelques heures de ce grand rendez-vous qui désignera le successeur du Général Lassana Palenfo, président légendaire sortant qui a décidé de ne pas briguer un énième mandat, trois candidats ont déclaré leur intention de briguer le poste de président du Cno-civ. Il s’agit s’agit de Kouakou Kucien, Me Ngouan Georges et Me Bamba Cheick Daniel.

Mais depuis quelques jours, des voix s’élèvent pour demander le report de l’Ag élective, au motif qu’un candidat et ses soutiens récusent le président de la commission électorale mise en place, qu’ils suspectent de vouloir les écarter de la compétition.

Face à cela, plusieurs présidents de Fédération, qui se sont rendus, hier jeudi 26 avril 2022, au siège de First News (Société éditrice de Soir Info et l’Inter), à Treichville, ont dénoncé des « manœuvres souterraines » pour parvenir à un report de l’Ag du samedi prochain.

« L’Ag élective doit se tenir, comme prévu, ce samedi 30 avril. Nous n’accepterons pas de report malgré des manœuvres souterraines dont nous avons écho ces derniers jours. Les présidents de Fédérations que nous sommes, estimons que rien ne s’oppose à la tenue de cette Ag, au cours de laquelle nous désignerons librement celui qui va présider aux destinées du Comité national olympique de Côte d’Ivoire », ont-ils martelé, requérant l’anonymat.

Selon ces présidents de Fédération, cette demande de report de l’Ag intervient après que le candidat déclaré qui crie à l’exclusion se soit rendu au Bénin récemment, pour rencontrer Julien Minavoa, président du Cno-Bénin et surtout observateur du Comité international olympique (Cio) et de l’Association des comités nationaux olympiques d’Afrique (Acnoa).

D’ailleurs, ils disent ne pas comprendre que cet observateur, qui est arrivé à Abidjan, hier jeudi 26 avril, veuille rencontrer les candidats déclarés, la commission électorale et les présidents de Fédération.

« L’observateur, son rôle, c’est de venir voir si l’Ag sera bien organisée. C’est tout. Pourquoi veut-il rencontrer les différentes entités, alors que nous sommes à quelques heures de l’Ag ? Ne s’agit-il pas de faire en sorte que l’Ag soit reportée ? Nous nous opposons à cette manière de faire. Les élections auront bel et bien lieu ce samedi et le nouveau président sera connu », ont-ils affirmé avec force.

Notons que, le mercredi 28 avril 2022, Soumahoro Mamadou, président de la Conférence nationale des Fédérations sportives de Côte d’Ivoire (Conafes-CI), a fait une déclaration pour demander « humblement au président du Cno-Civ, son Comité exécutif, de mettre balle à terre et reporter lesdites élections à une date ultérieure, en attendant le règlement à l’amiable de tous les malentendus ». Une position rejetée du revers de la main par des présidents de Fédération, hier.

Source : Soir Info

Côte d’Ivoire : Alassane Ouattara en roue libre

Côte d’Ivoire/ Le président de la République de Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara, peut se targuer d’avoir sorti son pays de la tourmente politique dans laquelle il était plongé depuis le décès du premier Président, Félix Houphouët-Boigny.

Du long bras de fer, d’abord avec les pouvoirs qui se sont succédé et ensuite avec l’opposition, l’ancien Directeur général du Fonds monétaire ivoirien (Fmi) en est sorti victorieux et s’est forgé une assise qui laisse à penser qu’il est indéboulonnable.

Aujourd’hui, exécutant pour la troisième fois un mandat présidentiel, celui que ses inconditionnels appellent ‘’Brave Tchè’’ semble être le maître du jeu dans le microcosme politique ivoirien.

Alassane Ouattara est désormais celui qui rythme la vie politique en Côte d’Ivoire. Ses opposants, notamment les ex-chefs d’Etat Laurent Gbagbo et Henri Konan Bédié, affaiblis depuis quelques années, ont du mal à porter la contradiction sur le terrain. Ils sont quasiment devenus aphones ; même si de façon sporadique, ils essaient de donner de la voix, sans plus.

Quant à l’opposant Guillaume Soro, ancien président de l’Assemblée nationale, il est confronté aux difficultés de l’exil et n’a pas les ressorts nécessaires pour mener une opposition forte face à Ouattara.

Par ailleurs, l’opposition elle-même n’arrivant pas à faire l’union sacrée, roule en morceaux et ne manque pas d’étaler ses divergences. Toute chose qui permet à Alassane Ouattara d’être en roue libre pour les élections présidentielles de 2025 ; à moins qu’il décide de se retirer de la course.

L’opposition ayant abdiqué, le président Ouattara consolide ses acquis et donne du coffre à sa formation politique, le Rassemblement des Houphouétistes pour la démocratie et la paix (Rhdp), pour les futures batailles électorales.

Le numéro 1 ivoirien, taxé d’être un novice dès son engagement en politique à partir de 1999, s’est finalement révélé un cerveau pour certains, un astre pour d’autres.

Toujours est-il qu’aujourd’hui, le seul Premier ministre d’Houphouët-Boigny conduit sa barque avec maestria, se présentant comme le métronome de la politique en terre d’Eburnie.

Roland LE PERTINENT

Côte d’Ivoire : sécurité alimentaire – « Le manioc assure l’égalité de tous devant la loi foncière  » affirme le S G de préfecture d’Aboisso , Akoua N’guessan

En présence des autorités administratives et politiques, des chefs traditionnels, des producteurs et associations productrices de manioc, le Central West African Virus Epidemiology (WAVE)a procédé le vendredi 22 avril 2022 à Aboisso à la seconde étape de la campagne de sensibilisation des agriculteurs.

L’objectif principal de cette campagne est de sensibiliser les populations des dangers liés aux maladies virales du manioc et à leurs impacts sur la productivité agricole et la sécurité alimentaire.

La campagne intitulée « Ensemble sauvons le manioc » et la surveillance participative se déroulent simultanément dans les 10 pays membres de WAVE auprès des acteurs de la chaîne de valeur du manioc, de l’opinion publique, des décideurs politiques, de la presse, d’une part et d’autre part , visent la vulgarisation de l’usage de l’application « NURU » dans la lutte contre les maladies virales du manioc en Afrique de l’Ouest et du Centre.

Selon la Directrice de Communication et du Développement, N’DIAYE Adja Aminata représentant le Directeur Exécutif WAVE cette caravane de sensibilisation multidimensionnelle aux maladies virales du manioc se déroule non seulement en Côte d’Ivoire, mais dans 9 autres pays membres de WAVE.

Elle a également fait savoir que le manioc est menacé par de nombreuses maladies et à cet effet, la lutte contre les maladies virales du manioc est devenue une priorité pour WAVE.

« L’objet de la caravane qui nous réunit est d’informer, former pour qu’ensemble nous sauvions notre manioc », a-t-elle ajouté.

Prenant la parole, le secrétaire général de la préfecture d’Aboisso, M. Akoua N’guessan Jean, représentant le préfet de la région du Sud-Comoé, préfet du département d’Aboisso a remercié WAVE pour le choix porté sur la région du Sud-Comoé en général et en particulier Aboisso pour cette campagne de sensibilisation sur les maladies du manioc.

Il a tenu à signifier que « le manioc est une culture qui assure l’autosuffisance alimentaire et cette culture a été désignée par la FAO « culture du 21ème siècle ».

M. Akoua N’guessan Jean a affirmé que  » le manioc assure l’égalité de tous devant la loi foncière donc c’est un véritable outil de cohésion sociale’’, tout en invitant toute la communauté à promouvoir cette culture.

Ce tubercule permet de résoudre le chômage et est pourvoyeur d’emplois principalement pour les femmes. Il a insisté sur le fait que face au changement climatique, le manioc constitue une opportunité, car la tige de manioc résiste à la sécheresse contrairement aux autres cultures dont le cycle est lié à la pluviométrie.

Le chef de la Zone Anader d’ Aboisso , Okonan Marius Allabra a expliqué pour sa part, que  » le manioc est une culture principale surtout au niveau de la région du Sud-Comoé ‘’.

‘’ En ce qui concerne les maladies , nous avons constaté lors de nos encadrements beaucoup de difficultés . Nous pensons que cette caravane est la bienvenue », n’a pas manqué de relever le chef de la Zone Anader d’Aboisso.

Un jeu participatif a été organisé pour un partage d’expérience entre les chercheurs de WAVE et les producteurs.

Après cette activité d’Aboisso, l’équipe WAVE se rendra le 26 avril 2022 à Man et le 28 avril à Gagnoa.

Levée du corps à Ivosep : Dominique Ouattara aux côtés de la famille d’Imane Rayess

Côte d’Ivoire/ Pour un hommage de premier plan, c’en est un. La Première Dame de Côte d’Ivoire, Mme Dominique Ouattara, s’est rendue en personne, ce vendredi 22 avril 2022, à Ivoire Sépulture (Ivosep), à Treichville, pour honorer la mémoire de son ‘’amie’’ Imane Rayess, Présidente Directrice générale (Pdg) du Groupe Olympe, éditeur du Site d’informations Linfodrome et ex-propriétaire des titres Soir Info et l’Inter, décédée le dimanche 17 avril dernier en France des suites de maladie.

Accompagnée par Adama Bictogo, Secrétaire exécutif du Rhdp (Parti au pouvoir) et de plusieurs autres personnalités, l’épouse d’Alassane Ouattara, chef de l’Etat ivoirien, a tenu à être aux côtés des deux filles de Mme Rayess, Kenza et Jade, ainsi que des autres membres de la famille. Elle a assisté, voilée, à la prière mortuaire musulmane, dans la salle de levée du corps Vip d’Ivosep. Après des mots de réconfort adressés aux enfants notamment, elle a quitté les lieux.

Après Ivosep, le corps d’Imane Rayess a été conduit au cimetière de Willimsville dans la commune d’Adjamé, où il a été mis en terre.

Tout ceci s’est déroulé dans une atmosphère de fortes émotions.

Roland LE PERTINENT

Côte d’Ivoire : Voici les 32 ministres que va coacher le Premier ministre Patrick Achi

Patrick Achi, reconduit Premier ministre par le Président de la République, Alassane Ouattara, n’a pas mis du temps pour proposer les ministres qui vont l’accompagner dans sa tâche. Conformément aux instructions du chef de l’Etat qui avait décidé de mettre en place un « gouvernement resserré », la nouvelle équipe, dévoilée ce mercredi 20 avril, est composée de 32 membres contre une cinquantaine dans la précédente. Elle enregistre 2 nouvelles entrées. Ci-dessous la composition

Le président de la République, Son Excellence Monsieur Alassane Ouattara, a procédé, ce mercredi 20 avril 2022, sur proposition du Premier ministre, chef du gouvernement, monsieur Patrick Jérôme Achi, à la signature d’un décret portant nomination des membres du gouvernement.
Ainsi sont nommés :

1. Ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères, de l’intégration africaine et de la diaspora : Mme Kandia Kamissoko Camara

2. Ministre d’Etat, ministre de la Défense : M. Téné Birahima Ouattara

3. Ministre d’Etat, ministre de l’Agriculture et du développement rural : M. Kobénan Kouassi Adjoumani

4. Garde des Sceaux, ministre de la Justice et des droits de l’Homme : M. Jean Sansan Kambilé

5. Ministre de l’Intérieur et de la sécurité : Général Vagondo Diomandé

6. Ministre du Plan et du développement : Mme Nialé Kaba

7. Ministre des Mines, du pétrole et de l’énergie : M. Mamadou Sangafowa Coulibaly

8. Ministre de la Fonction publique : Mme Anne Désirée Ouloto

9. Ministre des Transports : M. Amadou Koné

10. Ministre de l’Economie et des finances : M. Adama Coulibaly

11. Ministre de la Construction, du logement et de l’urbanisme : M. Bruno Nabagné Koné

12. Ministre du Budget et du portefeuille de l’Etat : M. Moussa Sanogo

13. Ministre des Eaux et forêts : M. Laurent Tchagba

14. Ministre de l’Equipement et de l’entretien routier : M. Amédé Koffi Kouakou

15. Ministre de l’Education nationale et de l’alphabétisation : Mme Mariatou Koné

16. Ministre du Commerce, de l’industrie et de la promotion des Pme : M. Souleymane Diarrassouba

17. Ministre de la Réconciliation et de la cohésion nationale : M. Bertin Kouadio Konan

18. Ministre des Sports : M. Paulin Claude Danho

19. Ministre des Ressources animales et halieutiques : M. Sidi Tiémoko Touré

20. Ministre de la Communication et de l’économie numérique, Porte-parole du gouvernement : M. Amadou Coulibaly

21. Ministre de la Promotion de la jeunesse, de l’insertion professionnelle et du service civique, Porte-parole adjoint du gouvernement : M. Mamadou Touré

22. Ministre du Tourisme : M. Siandou Fofana

23. Ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique : M. Adama Diawara

24. Ministre de la Sante, de l’hygiène publique et de la Couverture maladie universelle : M. Pierre Dimba

25. Ministre de l’Hydraulique, de l’assainissement et de la salubrité : M. Bouaké Fofana

26. Ministre de la Promotion de la bonne gouvernance et de la lutte contre la corruption : M. Epiphane Zoro Bi Ballo

27. Ministre de la Solidarité et de la lutte contre la pauvreté : Mme Logboh Myss Belmonde Dogo

28. Ministre de l’Emploi et de la protection sociale : M. Adama Kamara

29. Ministre de la Femme, de la famille et de l’enfant : Mme Nassénéba Touré

30 Ministre de l’Enseignement technique, de la formation professionnelle et de l’apprentissage : M. Koffi N’Guessan

31. Ministre de la Culture et de la Francophonie : Mme Françoise Remarck

32. Ministre de l’Environnement et du développement durable : M. Jean-Luc Assi 

Le premier Conseil des ministres du nouveau gouvernement se tiendra le jeudi 21 avril 2022 à 11 heures, au Palais de la présidence de la République.

Fait à Abidjan, le mercredi 20 avril 2022

Le ministre, Secrétaire général de la présidence de la République
Abdourahmane Cissé