lundi 18 octobre , 2021
Google search engine
HomeToutes catégories |InternarnationalAngela Merkel: quel héritage 16 ans après ?

Angela Merkel: quel héritage 16 ans après ?

Après près de deux décennies passées à la tête de la chancellerie allemande , Angela Merkel qui a été longtemps considérée comme la femme la plus puissante du monde est sur le point de faire ses adieux à la scène politique mondiale et européenne en général , et celle allemande en particulier.
Gestionnaire froide , rigoureuse et implacable d’un pays considéré comme le premier moteur économique de l’Union européenne notamment par la force de son industrie et ce , malgré la population qui y est vieillissante, l’Allemagne se retrouve à la croisée des chemins. Il est temps de trouver un successeur à la grande chancelière.
Mais alors que les élections battent leur plein et que le parti qui a vu son accession à la grande chancellerie est donné second, que laisse Angela Merkel de façon pratique à son pays après toutes ces années à servir , donner , reformer et réorienter la politique étrangère allemande ?
Il faut le reconnaître: Angela Merkel s’est distinguée par son habilité à cristalliser une certaine stabilité et garantir un certain développement à son pays dans un premier temps. Cette politique de prudence et de stabilité qui a été d’ailleurs critiquée par ses détracteurs des autres partis allemands a valu à l’Allemagne d’avoir la place enviable qu’elle occupe aujourd’hui dans l’Union européenne.
Aussi faut il lui reconnaître les efforts consentis par son gouvernement dans le sens de la baisse drastique du chômage dans les rangs de la jeunesse. Si certaines franges de la population allemande ont condamné sa politique extérieure, notamment son ouverture sur l’Europe qui a trouvé expression entre autres dans la réception de 900,000 réfugiés syriens en 2015, elle a justifié son action ,félicitée en cela par toute l’Europe, par les besoins humanitaires d’une part et le besoin accru de main d’œuvre de l’autre.Notons par ailleurs que ce geste humanitaire a grandement fragilisé son aura en ce que l’argument de la main d’œuvre a été aisément déconstruit. En effet, la majorité des migrants étant composée d’enfants et de femmes, ils ne représenteraient pas la main d’œuvre idéale.
En dépit de tout, il est indubitable que l’économie allemande va bien et que même la maladie à coronavirus qui a frappé de plein fouet l’Europe, n’a entamé en rien la santé des finances publiques et par voie de conséquence, la qualité de vie des allemands.Elle est pourtant critiquée pour le manque d’investissements de sa part dans les services publics, la négligence du problème démographique, le manque d’informatisation de l’administration allemande, son manque d’engagement dans la politique écologique, son engagement trop marqué dans la vie européenne , la réforme des retraites et le très peu degré d’implication par le gouvernement allemand dans les conflits internationaux susceptibles d’être pourvoyeurs d’intérêts.
Au vu de ce qui précède, nous pouvons affirmer que celle qu’on appelle la mère de l’Allemagne peut être fière de son bilan. Malgré quelques écueils, l’Allemagne peut aujourd’hui se targuer d’être première puissance européenne et quatrième mondiale ce qui n’est pas une prouesse négligeable. En attendant de pouvoir lui dire officiellement Auf Wiedersehen ( au revoir), les candidats rivalisent en ce moment et le très sobre candidat Olaf Scholz du SPD est bien parti pour être à la tête de la chancellerie devant le candidat plébiscité par Angela Merkel en la personne d’Armin Laschet.

Vangelis Adomé

RELATED ARTICLES

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisment -
Google search engine

Most Popular

Recent Comments