lundi 18 octobre , 2021
Google search engine
HomeToutes catégories |EditorialScandalisés ? Et après ?

Scandalisés ? Et après ?

Un violeur racontant en direct, avec perversité et délectation ses œuvres sataniques et les réactions de ses victimes, sur un Plateau de télévision à forte audience. Un animateur, Yves M’Bella, prenant plaisir à poser des questions choquantes et révoltantes à la limite de l’exotisme, en présence d’invités célèbres qui semblaient prendre tout leur saoul. C’est cette scène surréaliste et attentatoire aux mœurs, qu’il a été donné de voir, lors d’une émission de vacances sur la Nouvelle chaîne ivoirienne (Nci), une télévision ivoirienne privée, le lundi 30 août 2021.

Comme il fallait s’y attendre, cela a choqué plus d’un. Du citoyen ordinaire aux personnalités en passant par les organisations de défense des droits humains et de de la femme, tout le monde condamne l’acte posé par l’animateur qui paie un lourd tribut de sa bourde : Suspensions prononcées par Nci, la Haute autorité de la communication audiovisuelle (Haca), résiliation de contrat de présentation de Miss Côte d’Ivoire 2021, convocation à la Police criminelle…

En plus de ces sanctions infligées au seul animateur, nombreux sont ceux qui demandent des sanctions élargies à la chaîne incriminée.

Une chose est visible, c’est que tout le monde semble scandalisé par ce qui s’est passé, et une prise de conscience collective semble s’amorcer face à une telle dérive. Soit.

Mais et après ?

Il ne faudrait pas que ce frémissement général ne se limite qu’au simple temps de l’émotion. Cela est à redouter, dans la mesure où des Yves M’Bella, des chaînes de télévision en ligne et des Ivoiriens du même acabit, sur les réseaux sociaux, il y en a à foison sans que cela n’émeuve.

Des scènes pornographiques, impudiques et indécentes sont présentées à longueur de journée, au vu et au su de tous. Quelquefois même, on en raffole et on y trouve son plaisir.

C’est dire que le bâton de régulation et d’interpellation doit servir à corriger tous ceux ou toutes celles qui promeuvent la dépravation, le viol, les injures publiques, l’incitation à la haine et tutti quanti.

La levée de boucliers constatée doit se poursuivre pour forger une conscience nationale censurante. C’est à cette condition que les uns et les autres trouveront des bornes à leur grande liberté et auront un peu de respect pour la vie des autres.

Roland Le Pertinent

RELATED ARTICLES

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisment -
Google search engine

Most Popular

Recent Comments